Mon quotidien

Anna

anna-banniere

Voilà, juste après avoir écrit le titre, je suis restée de longues minutes devant mon écran. Anna. Et une semaine plus tard, j’en suis au même point. J’ai tellement envie de parler d’elle, et en même temps, j’ai vraiment du mal, car je ne sais pas comment dire les choses. Ni comment les ressentir. Là je reviens de vacances, avec 1000 idées, 1000 choses à dire. 

Qui est Anna? Pour ceux qui me suivent depuis un petit bout de temps, Anna était un petit sujet de jalousie depuis un moment. Maxime, avant qu’on ne sorte ensemble rencontrait du monde, via un site libertin. C’est là qu’ils (lui et sa femme) ont connu Anna et son mari, qui cherchaient à la base un couple pour ouvrir un peu leur couple. Au premier rendez-vous, Maxime est allé seul, et tout s’est tellement bien passé qu’ils ont gardé contact. Puis plusieurs mois plus tard, Anna a pu voir Maxime une fois par mois. Maxime est donc le second à faire l’amour avec elle, ce qui en fait une relation particulière. Anna et son mari n’arrivent pas à trouver un couple qui réponde à ce qu’ils veulent. 

Comment j’ai fait sa connaissance

Maxime habite assez loin de chez moi, on ne se voit que le week-end ! Et tous les vendredis soirs, c’est lui qui fait le déplacement jusqu’à l’appart et il y reste jusqu’à dimanche soir. 

Un jeudi, ou j’étais particulièrement excitée, je décide de lui faire une surprise, et je débarque chez lui sans prévenir. Là je découvre une nana…Anna. Anna qui vient un jeudi par mois, chez lui et qui passe la nuit. Finalement après un gros malaise, la soirée se passe bien, la fille est adorable, plus gênée que moi de la situation, on garde contact. Alors que ça n’a pas le moindre sens. Maxime et moi, rapidement, au début de notre relation avons décidé de tout nous dire, mais d’avoir notre petit jardin secret. Il sait que je suis sur des réseaux sociaux en anonyme, mais ne sait pas lesquels. Il savait pour Adrien également, sans avoir le moindre détail. Et je savais qu’il voyait le couple de temps en temps. Sauf qu’en fait, la rencontre ne se faisait quasiment plus qu’avec Anna. Rarement avec les deux. 

Allez savoir pourquoi, Anna et moi, on a commencé à discuter un peu toutes les deux, en vrai j’avais surtout envie de savoir ce qui se passait entre eux, et elle… voulait avoir un point de vue féminin sur le libertinage. 

Maxime est quelqu’un de génial, et me fait toujours passer en premier dans tout. Un jour, j’ai eu envie de lui faire une surprise en invitant Anna un dimanche matin. Et là il s’est passé quelque chose. Une complicité incroyable pour rendre Maxime fou, nous a montré à Anna et moi la possibilité de pouvoir franchir une barrière que je pensais infranchissable. Je ne suis pas du tout bisexuelle, elle l’est encore moins.

Le moment qui a tout fait basculer chez moi

À la fin de notre jeu avec Maxime (qui a éjaculé très rapidement), par provocation, Anna est venue sur moi, m’a embrassée langoureusement, avant de venir poser sa bouche sur mes seins. Ce n’était qu’un jeu pour provoquer Maxime. Mais ce n’était pas un jeu pour elle. Ni pour moi.

Maxime nous a ensuite fait un cuni (d’enfer) l’une après l’autre. Maxime avait commencé par moi, et je regardais Anna dans les yeux pendant qu’elle me serrait la main… Quand ça a été à son tour, j’ai fait la même chose, tout à fait maladroitement, et je me suis risquée à l’embrasser. Pas pour jouer. Maxime se chargeait d’elle, comme il savait le faire. J’ai adoré la voir jouir, elle était merveilleusement belle, et sur ce court moment, l’idée de remplacer Maxime entre ses cuisses m’est venue. Mais je pense que j’ai bien fait de ne pas franchir ce cap. Anna est retournée auprès de son mari, pas au courant de cette visite surprise, et la fin de la journée avec Maxime a été très tendre ! Moi, de mon côté, je ne pensais qu’à Anna, au moment passé, à cette complicité énorme pendant un court moment. 

Et qu’est ce que j’ai fait le dimanche soir? 

Maxime avait à peine franchi la porte que j’envoyais un message, Anna y a répondu quelques secondes plus tard. 

moi : tout va bien ? 

elle : j’osais pas t’envoyer un message, je suis contente que tu l’aies fait 

moi : j’en crevais d’envie aussi 

elle : Max est parti ? 

moi : oui 

moi : tu as aimé ce matin

elle : un peu trop

moi : explique

elle : non, c’est assez compliqué

moi : essaie

moi : Anna ? 

elle : tu as trouvé ça comment toi ? 

moi : je n’avais pas envie que ça s’arrête 

elle : pareil 

moi : Tu as assuré

elle : je ne trouve pas

moi : pourquoi tu penses ça ? maxime était au bout de sa vie

elle : …

moi : ?

elle : toi, tu aurais pu avoir plus

moi : c’était parfait je t’assure

elle: si seulement j’avais osé

moi : osé quoi ? 

elle : essayer de te donner un peu de plaisir…

Pour la suite, on tourne un peu en rond, mais cette conversation je l’ai relue au moins 20 fois. Anna, assez pudique dans sa façon de dire les choses m’avait donné l’impression, d’avoir vécu comme moi, quelque chose de particulier. 

Les jours suivants, je me suis dit que je me faisais des idées, l’euphorie et l’excitation (que j’ai dû éteindre plus d’une fois) s’étaient un peu estompées. 

Une semaine de questionnements

Plusieurs jours sans nouvelles d’Anna, j’étais un peu déçue. Plus que ça. Triste. Jeudi matin, au réveil, j’ai quelques messages d’Anna, mon coeur fait un bon. Elle me dit juste qu’elle a envie de me voir, le soir même si possible. Le soir,je prends mon sac de sport comme si j’allais à la salle, comme ça, Cha ne pose pas de question. Rendez-vous dans un bar en périphérie de la ville, mon coeur bat à se rompre. Je ne sais pas pourquoi. Je ne sais même pas ce que je ressens.

Sur le temps du trajet, je focalise sur une peur qui est née il y a un jour ou deux, elle va m’annoncer qu’elle est amoureuse de Maxime, ou quelque chose du style, je sens de toute façon que cette rencontre est spéciale. J’envoie un message pour lui demander si elle est toujours ok pour le rendez-vous, elle me repond juste “oui”. Je lui demande si tout va bien, elle me répond également “oui”. On se retrouve à l’endroit prévu, puis on se fait deux bises, comme deux copines normales. Elle me demande comment a été ma journée, et une autre banalité que j’ai oublié, mais je m’en foutais des politesses. Je lui demande brutalement “pourquoi on se voit”?

Là je vois son regard un peu choqué, puis je me rends compte que le ton de mon impatience était d’une indélicatesse monstrueuse, puis j’essaie de baragouiner un truc pour me rattraper, puis elle me dit sérieusement “il faut qu’on parle”. 

Petit Flash back sur quelques déroulés des semaines précédentes !

Il faut remonter au début du mois d’avril, quand j’ai fait connaissance d’Anna, celle-ci en a parlé à son mari, lui expliquant le déroulé de la veille. Puis le mari d’Anna, Francesco avait envoyé un message à Maxime. Maxime m’en a parlé, me demandant s’il pouvait envoyer des photos de moi. C’est comme ça que j’ai appris de la bouche du mari d’Anna, qui l’a dit à Maxime, que j’avais fait “forte impression” a Anna. Maxime a rapidement eu l’idée d’une éventuelle rencontre à 4. Ce qui serait une première pour eux et pour moi. J’avais adoré la personnalité d’Anna, Maxime et le couple se connaissent bien, le mari est vraiment beau comme un dieu. J’étais partante.

En discutant en privé avec Anna, qui était intéressée par la façon dont j’avais vécu mon entrée dans le monde du libertinage, j’ai accroché à sa personnalité. La petite pointe de jalousie qui me restait avait disparu. J’étais contente pour Maxime qu’il puisse voir une fille si géniale ! Et les semaines passant, Maxime et moi d’un côté, ainsi que Anna et Francesco, on discutait d’une rencontre à 4. L’idée était de faire un diner chez eux, et de poursuivre la soirée dans le canapé. Partir sur du côte à côtisme, et voir comment les choses pourraient évoluer. Et c’est là, maintenant, au moment de fixer une date, que ça coince. 

L’impasse qu’on ne comprend pas

Anna me dit “rassure toi, rien de grave, mais j’ai réfléchi”. A quoi je lui demande ? 

Elle m’explique, que comme je le sais, on va discuter début septembre d’une date pour notre rencontre à 4. Et qu’elle n’est pas prête. Ne me demandez pas pourquoi, entendre ça m’a rassurée. Pourquoi? Sur le moment, j’en avais pas la moindre idée, maintenant les choses sont beaucoup plus claires. Et beaucoup plus compliquées.

Son mari a quelques photos de moi dans des poses sexy ou nue dans son téléphone. Il lui a même montré, et ils ont fait l’amour ensemble juste après. Sauf que… depuis ce “dimanche surprise”, sa perception semble avoir changé. Le premier sentiment qu’elle a c’est la Jalousie. Je vous passe le cafouillage énorme auquel je n’ai pas compris grand chose, mais il est vrai que dans nos discussions à deux (elle et moi) elle me demandait des détails sur ma vie sexuelle (avec Maxime et Adrien) et elle me parlait de sa vie sexuelle à elle.

Sauf que l’impression qu’elle avait, est que je m’intéressais plus à son mari qu’à elle. Et c’est là que je ne comprends plus rien. “Le dimanche magique”, comme nous l’appelons toutes les deux a changé la donne. Et on ne sait pas comment revenir en arrière. Au fur et a mesure que nous parlions au bar, je pensais fort à Maxime qui allait être déçu. Et je me sentais égoïste. 

On discute de tout et de rien, on tourne en rond, et moi, je ne regarde que ses beaux yeux brillants, la forme de sa bouche quand elle me parle, le tshirt, qui lui moule parfaitement les seins. Elle parle, elle parle, et je comprends progressiement qu’on se dirige vers une fin de relation amicale, qu’on a à peine commencée. Je me sens triste. Je ne comprends pas ses pensées antagonistes, ou le seul dénomiateur commun dans ses propos et de se protéger elle et de préserver son couple. 

Un au-revoir, dans un tourbillon d’émotions…

Anna me racompagne dans le parking ou j’ai posé la voiture, je vais la déposer à la sienne. 

Je n’ai rien compris à cette soirée remplie de non sens…Comme une conne, j’avais envie de demander “et finalement… on pourra quand même encore discuter par whattsap ou plus du tout?” En fait, je ne voulais ni comprendre, ni accepter ce qui se passait. 

Elle rentre avec moi dans la voiture, se demandant si elle devait faire une pause avec Maxime, ce à quoi j’ai répondu “non surtout pas”. Je lui dis “pour le plan à 4, dis que tu n’es pas prête, et on passera à autre chose”. Anna me regarde dans les yeux, juste en me disant qu’elle est désolée, je lui réponds avec mon sourire le plus factice que ce n’est pas grave, et je lui demande de me guider jusque sa voiture. Elle me dit qu’il vaut mieux qu’elle y aille à pied, que c’est pas loin. Elle n’a pas mis sa ceinture, elle va partir. Je pose ma main sur la sienne. Elle me sourit, les yeux brillants, et me dit “il faut que j’y aille”.

Là le temps s’est arrêté, plus rien ne comptait… je regardais mon téléphone qui vibrait, c’est maman qui m’appelait. C’est le nom qui s’affichait dans la pénombre de la voiture qui me maintenait en contact avec cette réalité qui ne me convenait pas. Je ne voulais pas lui lâcher la main. J’avais rien compris à l’heure qui s’était écoulée. Je m’en foutais. Je me foutais de tout. Anna, de sa main droite avait commencé à ouvrir la portière et dégageait sa main gauche avec douceur pour ne pas me brusquer. Dans un mouvement qui a dépassé ma vitesse de pensée, j’ai agripé sa main, je me suis décollée de mon siège, je lui ai posé un bisou sur la joue, attendu une seconde, avant de poser un second baiser sur ses lèvres, puis un second…Avant qu’on ne s’embrasse avec fougue, ses bras qui me serraient très fort, sa main gauche qui me callait la tête pendant que nos lèvres et nos langues faisaient exploser nos émotions. Toute la tension accumulée explosait ! C’est la merde…

You Might Also Like

10 Comments

  • Reply
    Jean Marc
    21 août 2022 at 23h07

    Whaouu 🔥 🔥🔥🔥

  • Reply
    Patrick
    22 août 2022 at 18h18

    Chère Marine,
    Je ne comprends pas pourquoi tu termines ton Post par « c’est la merde » :
    Laisse venir et couler naturellement les choses.
    Ne precipites rien, écoute ton corps, tes envies et tes désirs.
    Il me semble que vos craintes respectives ont plus à voir avec un tabou à sublimer et dépasser qu’autre chose :
    Nul besoin d’être (ou se considérer comme) « bisexuelle » ou lesbienne pour avoir envie de sentir jouir une femme sous tes caresses !
    Assume tes désirs, tes fantasmes, voire tes sentiments, et tout ira bien, tu verras.
    Pour le reste, je t’assure qu’il y a peu de choses au monde plus délicieuses que de goûter sous ta bouche et ta langue la jouissance d’une femme…
    Et si tu agrémentes cela par une stimulation de son point G avec deux doigts, tu pourras sans doute la faire ejaculer, et ce sera le nirvana pour elle comme pour toi, car elle voudra sûrement te rendre la pareille !
    En terminant par une sodo avec son mec ou le tien, comme tu as dit que tu aimes tant, la soirée aura été merveilleuse…
    Et à recommencer souvent !
    Je te souhaite une excellente soirée et beaucoup de plaisirs coquins…
    SANS TABOUS !
    Juste un petit détail dans ton texte :
    Corrige « mon coeur fait un bon » par :
    « mon coeur fait un bond »
    Bises où tu aimes le plus 😘😘😘

    • Reply
      MarineMC
      28 août 2022 at 9h55

      Hello Patrick, un grand merci pour ton retour et tes conseils 😘😘

  • Reply
    Julien
    22 août 2022 at 21h42

    Vivement la suite ! 👀

  • Reply
    petitpute
    22 août 2022 at 23h38

    Le debut d’un épisode en 3 acte, sans doute, comme d habitude

    • Reply
      MarineMC
      28 août 2022 at 9h55

      Il n’y a pas de second acte prévu pour le moment

      • Reply
        petitepute
        31 août 2022 at 1h01

        Le meilleurs choses ne prévoit guère

  • Reply
    Lapp
    24 août 2022 at 16h00

    Content pour toi
    Encore une étape de franchi
    Je t’adore marine

  • Reply
    Lesautdelange
    30 novembre 2022 at 16h08

    Lâcher prise ☺️ Vivre ses envies du moment et voir après où ça nous mène ☺️

Répondre à Lapp Cancel Reply