Mes Conseils

Qu’est ce qu’un cunnilingus réussi ? Mon avis sur cette pratique ! 

cuni-banniere-pfs

Vous êtes pas mal à m’avoir demandé mon avis sur la question, à savoir comment j’aimais un cuni. Je pensais que la réponse était assez simple, mais elle varie en fonction de mon mood, de mes envies, et aussi du partenaire. Bien que le cunnilingus soit considéré comme un préliminaire, pour ma part, c’est une affirmation qui mérite tout de même réflexion. 

D’abord, j’écris un article, non seulement suite à un flux de questions que j’ai depuis des mois, ensuite, il est vrai que j’aime bien ça. D’ailleurs qui n’aime pas ? 

Et oui, nous n’acceptons pas toutes d’être léchées

Ça a été une des surprises lors de mes diverses discussions avec plusieurs nanas de twitter, quelques copines etc etc.

Aucune ne m’a dit “ non je n’aime pas ça”, bien qu’il parait que ça existe, j’ai un contact qui m’expliquait que sa compagne n’aimait vraiment pas ça, et que ça ne lui donnait aucune sensation. Mais en affirmant que ce type de nana est extrêmement rare, je ne pense pas me tromper. Je partage avec vous deux cas. Une nana avec qui je papote sur Insta, 19 ans.

Bon avec son mec, sexuellement, comme elle dit, ça se passe moyen. Son copain, qui regarde un peu trop de films pornos, a beaucoup d’attentes en termes de pratiques, entre autres, au niveau de la fellation. Son très gros fantasme, c’est la gorge profonde, et on peut se l’avouer, ce n’est pas une pratique qui est vraiment accessible à toutes, pour moi par exemple, c’est impossible.

Donc LE truc du gars, c’est se faire sucer, et c’est toujours un moment de tension pour elle. Lui, avait comme truc, de commencer la relation par un cuni, puis de passer à la fellation, un peu comme si c’était son tour. La nana, elle avec le temps, n’a plus eu envie de cuni à cause de ce mécanisme. 

Un autre cas, qui m’a fortement surpris. Amal n’est jamais chaude pour se faire lécher par Charly, son mec. La raison est qu’elle est complexée par ses lèvres. Charlotte a mis quelques semaines avant de réussir à voir l’objet du complexe, c’est dire ! 

Globalement, nous aimons toutes un coup de langue sur notre sexe

Je ne pense pas me tromper en affirmant cela. J’ai eu mon premier cuni le jour où j‘ai perdu ma virginité, à 18 ans. Même si je n’avais pas eu d’orgasme, j’ai aimé tout de suite. Je savais que la première fois, j’étais en découverte de sensations, je savais aussi qu’ Arnaud c’était son premier cuni et qu’avec la pratique, les sensations pouvaient se décupler.

Il m’a fallu un moment pour jouir avec mon premier cunilingus, mais j’ai toujours eu beaucoup de plaisir avec cette pratique. Puis avec adrien, qui m’a fait mon premier anulingus, Maxime, qui est le roi du cuni, j’avoue que je suis devenue vraiment fan !

Qu’est-ce qu’un bon cunnilingus? 

Vous vous en doutez, LA réponse ultime n’existe pas. Pour  moi un cuni réussi, c’est simplement le moment où l’un a aimé le donner et l’autre le recevoir. Qu’il y a eu plaisir ( mental et/ou physique) de la part des protagonistes. Bien sûr, nous sommes toutes différentes, et chacune d’entre nous a certainement ses spécificités, préférences quant à la façon de se faire manger le minou. D’ailleurs, j’ai toujours été surprise du nombre d’expressions qui existent, brouter la chatte, faire une minette, brouter le gazon et j’en passe. 

Je pense que pour qu’un cuni soit réussi, il faut que le mec y prenne du plaisir, c’est un préalable indispensable. Nous aimons voir une tête entre nous cuisses s’affairer avec motivation. C’est le même principe pour nous les filles, le secret pour une bonne fellation c’est d’aimer sucer. 

Comment j’aime qu’on me mange le sexe

Comme je l’ai dit au début de mon article, celà dépend du mood, de mon état d’excitation etc. Le matin par exemple, si c’est au réveil, pour moi, c’est un préliminaire. J’aime que ce soit fait lentement, des petits bisous sur les seins, le ventre, puis descendre progressivement. Des petits bisous sur le pubis, un premier coup de langue sur la vulve, j’aime quand on tourne autour du clitoris, que la stimulation soit progressive, que les coups de langue soient lents, avec des différences de pression. 

Quand, par exemple je suis déjà dans l’action, qu’on est dans l’acte sexuel depuis un moment, pénétration par exemple. Là j’ai envie d’un contact direct vigoureux, des coups de langues vifs, qu’on m’aspire le clito entre les lèvres. 

Comment me faire jouir avec un cunniligus

La règle générale, et désolée, je vais être crue. C’est la bouche collée sur mon sexe, deux doigts dans le vagin, un doigt dans l’anus. Là c’est le cocktail surpuissant pour me faire jouir comme une malade. La position est plus une question de complexité pour le mec que pour moi. Avec Maxime, qui arrive toujours à me faire décoller, ça peut être sur le dos bien confortable comme d’autres positions. Une que j’ai découverte il n’y a pas très longtemps, une version de facesitting. Je suis à 4 pattes, sur les coudes, Maxime est allongé sur le dos la bouche collée sur mon sexe. deux doigts dans le vagin, et de l’autre main, j’ai droit à des petites claques sur le cul, pour terminer avec l’intrusion de son pouce dans mon anus, qui déclenche l’orgasme en quelques secondes à peine. 

J’aime aussi la même position avec le plug dans les fesses, deux doigts dans mon sexe, et sentir que Maxime se masturbe avec son autre main. 

Il y a un tas de petites variantes du style qui me font décoller. A ceci près que dès que mon anus est sollicité en même temps que mon clitoris, de puissants orgasmes se déclenchent sans que je ne puisse faire grand chose. 

Le secret pour moi, mis à part “ le doigt magique” c’est de varier les rythmes, les pressions. 

Ne pas se concentrer exclusivement sur le clito, il y a tant de zones à explorer. Je note aussi parfois la langue qui s’attarde longuement sur mon anus, ou qui rentre à l’intérieur de mon vagin, ça varie fortement les sensations. J’aime parfois la variation des frustrations, ou, je suis amenée plusieurs fois au bord de l’orgasme avant de tempérer. Jusqu’au moment où il a trop joué, je lui agrippe les cheveux à deux mains, pour lui faire comprendre que je n’en peux plus et qu’il est temps de me donner l’orgasme ultime. 

A noter que parfois la situation peut apporter plus de plaisir mental que physique. Je pense à un jour ou une fois entré dans un ascenseur d’hôtel, Maxime a abaissé ma culotte sur mes chevilles pour aller coller sa bouche sur mon sexe. Surprise, peur qu’il ne s’arrête pas avant que la porte s’ouvre, qu’on puisse être surpris, un contexte qui décuple les sensations. Trop court pour pouvoir jouir, mais une montée en puissance du désir qui est hors du commun. 

A 4 pattes, le mec derrière, j’aime aussi, même si ça semble être moins pratique pour lui ! 

J’aimerais par exemple, un jour, en train de bosser… avoir un mec sous le bureau qui me lèche ! Je pense qu’il y a assez de variantes possibles pour qu’on ne s’ennuie jamais 

La vision de Charlotte sur cette pratique

Mon article sera incomplet à vie, car je n’aborde la chose qu’avec mon point de vue d’hétérosexuelle. Qu’en est-il des bisexuelles et homosexuelles ? Je vous livre le point de vue de ma bi préférée que vous connaissez déjà pas mal. Bon, il faut un peu nuancer les propos, Cha est plus dans la provocation qu’autre chose. De son point de vue, une nana fait clairement de meilleurs cunis qu’un mec. Les meilleurs cunis qu’elle a eus se sont fait avec des nanas, bien que certains mecs aient déjà pu la surprendre. Cha qui adore faire des cunis, et qui est persuadée d’être douée ( je peux doublement confirmer, et un jour, j’ai entendu Amal crier dans la chambre ou point de croire qu’elle pleurait) Avec les mecs, elle a tellement d’attentes, qu’au final, elle n’attend pas de recevoir, elle prend. A savoir, elle va s’asseoir sur la bouche du mec et prend le contrôle du cuni, finalement qu’elle impose. ( Charlotte a une vision toute particulière du consentement). Moi même, j’avoue adorer ça, et je n’ai pas la moindre idée de la façon dont je m’y prendrais pour lécher une fille. Je sais qu’un jour j’essaierai, mais à vrai dire j’appréhende tellement de mal faire, que ce n’est pas demain la veille que je me lancerai. En prenant cette donnée en compte, je me dis qu’on doit être, nous les nanas,  être indulgentes avec nos mecs. Et que finalement, ce qui les permet d’évoluer, c’est de suivre nos mouvements, notre respiration, nos gémissements mais surtout… nos conseils sur ce qu’on aime ou pas. Et là c’est à nous d’être claires et de mettre des mots sur nos préférences et de guider nos mecs pour qu’ils apprennent notre fonctionnement.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Jean Marc
    16 juillet 2022 at 15h13

    Whaouuuu 🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥

Leave a Reply