Mes Conseils

Guide de la fellation par une petite suceuse 

guide-fellation-marine-mc

Le titre est peu “putaclic” j’avoue, mais ça fait un long moment que j’ai envie de faire cet article, sans pour autant avoir un thème particulier à aborder, il y a autant de types de fellations que de suceuses, je me contenterai de vous raconter ce que j’aime. 

Comment bien suçer? 

Là je vais en décevoir certaines de mes lectrices qui s’attendent à recevoir un guide pratique qui garantit une fellation parfaite. Hé bien, désolée, mais je suis persuadée que pour faire une bonne pipe, il faut adorer sucer. Je crois sincèrement, que si on n’aime pas faire une fellation, jamais on y mettra le cœur nécessaire pour bien le faire. C’est comme un cuni, il y a une sacrée différence entre un mec qui vous met 3 petits coups de langue, comme un petit chaton boit du lait et celui qui vous dévore goulument. Il y a une majeure différence entre un mec qui vous lèche un peu, soit pour dire de l’avoir fait, soit pour humidifier un peu avant d’y entrer, et un mec qui va vraiment jouer avec votre sexe et se donner un maximum pour vous donner un plaisir. 

D’où vient cette fascination autour de la fellation ? 

C’est une question que je me suis souvent posée plus jeune, mais pourquoi les mecs en parlent tant? Bon à l’école, on a les mythos rêveurs qui en parlent comme du saint Graal, mais plusieurs années plus tard, il semblerait que ce soit toujours le Saint Graal ! Je ne comprends toujours pas en quoi la fellation est pour certains mieux que la pénétration, le temps contribue à me donner des éléments de réponse. 

La fellation, soummission de la femme ou prise de pouvoir de celle-ci ? 

Je reviens quelques années en arrière, lors de nos années camping avec Charlotte. Ce sont des histoires que j’ai un peu racontées au niveau de mon blog, qui finalement représentent une partie construction de ma sexualité, bien que je sois, pendant cette période, restée complètement passive. Cha et moi, on ne se quittait jamais, à aucun moment, même si le camping dans lequel nous étions était très familial et sécurisé, on faisait tout ensemble, même surveiller la porte des toilettes pendant que l’autre faisait pipi. 

Plus d’une fois, je me suis retrouvée à être la guetteuse pendant que Cha faisait des cochonneries. Bien qu’elle ait perdu sa virginité plus tard, sous un moniteur de ski, les vacances au camping, c’était: “je sors avec le mono ou le nouveau qui vient d’arriver” et plus d’une fois ça se terminait dans un endroit discret avec un pelotage, une branlette ou une fellation. Enfin, pas moi, moi j’étais la cousine qui surveillait

A vrai dire, je me mettais assez en retrait juste pour faire mon rôle de guetteuse, mais pas trop loin pour voir un peu. Bah oui, coincée, mais curieuse la Marine. Plus d’une fois, j’ai vu le mouvement de tête de Cha faire des aller-retours à des mecs qui peu après étaient aux anges. Une fois que Cha avait sucé un mec, elle l’avait dans la poche le temps des vacances. D’une part, il faisait tout ce qu’elle voulait (enfin nous en fait) et il restait toujours d’en l’espoir d’en “avoir plus”. Cha laissait planer, par des non-réponses aux questions, le doute quant à “faire plus”. Le faire plus n’allait jamais jusqu’au rapport sexuel, je pense même que maximum deux mecs ont eu accès à l’intérieur de sa petite culotte. La fellation plus, la négociation de l’endroit ou le mec pouvait éjaculer donnait vraiment un pouvoir immense à Cha. On pourrait croire qu’une fois qu’un mec avait eu une super pipe, il nous ghostait, mais non… Un mec que Cha branlait le second ou troisième soir, il était vraiment aux petits soins, et la menace de se faire “larguer” s’il était trop impatient. Pour ça, elle savait vraiment bien gérer ! 

Mon rapport avec la fellation

La première fois que j’ai été confrontée à l’idée, j’étais vachement jeune, ça me paraissait vraiment répugnant, il était hors de question que je fasse une chose pareille. Les princesses espèrent toujours faire l’amour la première fois et perdre leur virginité dans un gros orgasme avec le prince charmant. (…) J’ai donc compris rapidement que la fellation est vraiment un pilier majeur de la sexualité masculine, bien avant de comprendre ce que peut faire un cuni ! 

Ma première fellation s’est déroulée sur une pauvre banane, en me disant que même la plus petite du tas était quand même grande pour une petite bouche. Combiné à ça, quelques films de culs bien choisis, j’étais armée pour être une suceuse hors pair. Et avec le temps, comme je me suis dit que je devais bien passer par là un jour, autant bien le faire. 

Ma première fellation

Ma toute première a failli se faire avec Dany, le père d’une amie, qui aurait pu mettre la main sur ma tête pour que je goûte son sexe, mais non. Ma première vraie pipe s’est faite avec Arnaud, mon premier amour, celui avec lequel j’aurais espéré passer toute ma vie. Hé bien, je peux vous avouer que ça ne s’est pas du tout passé comme dans les films… J’ai pris son sexe en bouche, quelques secondes… avant qu’il n’éjacule sur mon pyjama. Les années qui ont suivi, je suçais souvent Arnaud, soit pour lui donner envie de me prendre, soit comme préliminaire pour le faire bander. J’ai toujours considéré la fellation avec lui comme un passage obligé pour obtenir des relations sexuelles. Ou pour lui faire éteindre sa PS4. 

Quand suis-je devenue une suceuse? 


C’est avec Adrien, le second avec qui j’ai eu des relations sexuelles, que j’ai pris le pris goût à la fellation. Avec lui que j’ai osé un peu varier mes techniques juste pour l’impressionner, j’avais un besoin de lui montrer que j’étais un bon coup au lit, j’en ai sans doute fait un peu trop, mais paradoxalement, j’ai pris confiance en moi. Tellement confiance, que le lendemain de notre première relation sexuelle, je lui offrais une éjaculation faciale magistrale, ma première  éjaculation faciale en fait. C’est avec lui que j’ai pris confiance en moi, que je me suis libérée. J’en parle là avec un peu de nostalgie, mais tellement de reconnaissance, que nous avons décidé d’arrêter de nous voir le mercredi. C’est parce que je n’étais pas amoureuse de lui que j’ai pu expérimenté tant de choses dans le sexe, sans avoir peur de me taper la honte sur un truc. Ensuite, il y a eu Maxime, avec qui j’ai été rapidement à l’aise, bien que la première fois que je l’ai sucé, c’était en club libertin. C’est là que je voulais faire ma première fois avec lui. Et depuis il y en a eu d’autres, dont une fois un quatuor en club, mais là j’ai un peu dérapé. 

Qu’est ce qui a fait chez moi, que je suis passée d’une nana qui suçait, à une fille qui adorait sucer ? Je pense avoir la réponse. L’envie de donner du plaisir, l’envie d’en recevoir, bien que je suce sans espoir de contrepartie, c’est comme un don de soi. 

Maintenant il faut que le mec me plaise, que je sois excitée ou prête à l’être pour avoir envie de sucer. J’ai pas envie de sucer, je ne le fais pas. C’est une fois qu’on est ok avec le principe de ne le faire que si on a vraiment envie qu’on devient bonne à faire des fellations. 

Les différentes techniques pour sucer

Avant d’écrire cet article, je suis un peu allée voir ce qui se disait dans les magazines féminins, je vous laisserai faire vous mêmes ces recherches, mais en tout cas, aucun article n’est vraiment écrit pour donner des conseils, plus pour dire d’en faire un. Celui qui m’a paru le moins nul, je vous le met ici : https://www.journaldesfemmes.fr/couple/conseils-sexo/1309142-comment-bien-faire-fellation-parfaite/

J’ai demandé à quelques mecs ce qu’ils aimaient dans la fellation. Et j’ai eu un tas de réponses différentes. Certains aiment quand c’est doux, d’autres quand c’est plus sauvage, avec le malaxage des testicules, plus ou moins de pression sur le gland… Branler en même temps ou non. Beaucoup d’entre vous accordent une importance sur la fin de la fellation. Là où vous êtes unanimes c’est que vous aimez jouir dans notre bouche messieurs, certains sur le visage. Pour certains d’entre vous, le truc ultime c’est la gorge profonde au moment de l’éjaculation. 

La vérité est que vous êtes tous différents 

Si je prends mes propres expériences, je n’ai eu QUE des mecs différents à ce sujet. Arnaud, lui le simple fait de la mettre dans ma bouche lui plaisait, et c’était principalement un prélude à la pénétration. Adrien aimait particulièrement me mettre à genoux pendant que je le suçais, lui presser un peu les testicules faisait monter son excitation. Je le suçais parfois un peu en préliminaires, parfois pour prendre une pause entre deux positions, parfois pour la fin aussi. Maxime, c’est encore complètement différent, on peut parfois avoir des relations sexuelles sans fellation, mais le matin quand je le réveille en le suçant, jamais il ne dit non, lui par contre, n’hésite pas à caler sa main sur ma tête quand il sent qu’il va éjaculer. J’ai essayé le massage des bourses, il n’aime pas, et je sais qu’il a plus de plaisir quand je le branle avec le gland dans la bouche, alors que d’autres préfèrent se faire sucer sans les mains. C’est parce que j’ai eu tout le loisir d’expérimenter plein de choses avec Adrien que j’ai aujourd’hui la chance d’assez rapidement comprendre comment un homme aime être sucé. Là où l’article au-dessus a raison, c’est que si on se borne à de la pure mécanique, la fellation risque de n’être bonne pour aucun des deux. 

La fellation, autant cérébrale que mécanique ? 

Plus le temps passe, plus j’en arrive à cette conclusion. Oui les mouvements, la chaleur de la bouche, la langue sont autant d’éléments qui font monter l’excitation, mais il est important pour l’homme de pouvoir regarder le mouvement, croiser notre regard, fantasmer. Se demander aussi si, nous mesdemoiselles, on va se retirer pour le branler fortement au moment de jouir, garder la bouche fermée pendant les premières saccades ou carrément avaler ? Soit nous mettre en position de recevoir l’éjaculation sur notre visage ? Nous retirer et ouvrir la bouche ? Bref tout un champs de possibles. Pour ma part, je suis loin d’avoir tout testé, et je vais encore expérimenter avec le temps. Comme par exemple sucer avec un doigt dans l’anus. En sachant que pour la majorité des mecs, ça risque d’être problématique. 

Si je pouvais donner un conseil aux mecs, c’est d’être pédagogue avec les nanas… car on ne peut pas savoir comment il faut faire tant qu’on a pas plusieurs expériences, et d’être patients. Et nous les nanas qui me lisent… Une fois que vous aimez, la recette miracle pour être la meilleure suceuse du monde, c’est d’expérimenter dans vos limites, sucer, sucer et sucer encore !

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Timide
    12 juin 2022 at 21h45

    Toujours aussi agréable à de lire.
    A quand des nouvelles exhib ?

  • Reply
    Jean Marc
    13 juin 2022 at 14h12

    🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥

Leave a Reply