Mes Conseils

La sodomie, cette pratique mal comprise

banniere-sodomie-banniere

Ça fait des mois que je me dis que je dois écrire un article sur la “chose” tellement j’ai eu de questions à ce sujet. Principalement de vous messieurs, et paradoxalement assez peu des nanas avec qui je discute parfois. Parmi les questions que j’ai le plus souvent… “ tu prends dans le cul, vraiment? “. “ Tu aimes vraiment la sodomie?” 

Je pourrais axer tout mon article, rien que sur ces deux questions banales, mais j’ai envie d’aller plus loin, plus en profondeur. Pour ceux qui se posent la question, oui ce jeu de mot est fait exprès 🙂

Pourquoi écrire un article sur la sodomie? 

Vous commencez à me connaître, dès qu’un sujet m’intéresse, je l’exploite, je creuse, je me pose des questions et j’en pose aux autres. Ça fait quelques mois que je m’aventure sur la voie du libertinage, en passe de devenir, je l’espère, un jour, la petite salope de l’année, je parle ouvertement sur ce blog en détail, de mes rencontres sensuelles. ( Bon, ok parfois c’est vraiment pornographique, mais sensuel fait plus classe). Je parle allez peu de sodomie, pas parce que j’aime moins, mais parce que pour moi, c’’est une pratique comme une autre qui a toute sa place dans une vie sexuelle classique. 

J’ai rapidement abordé la “chose” lors de mon trio HHF, mais sans trop décrire le moment ou j’ai implicitement accepté la sodomie. Beaucoup de questions sont venues en complément de l’article,  un peu comme si, c’était “LA” chose la plus extraordinaire qui se soit passée. Alors qu’en fait, pour moi…Prendre dans le cul était un détail par rapport à toute la soirée. 

La sodomie, un peu d’histoire

Pour essayer de comprendre, tout ce tintouin autour de la sodomie, mon premier réflexe a été de consulter wikipédia. Outre la définition absolument pauvre de la pratique, je trouve l’article bien “rempli” autant qu’il est absolument chiant. Je retiens toutefois que l’origine du mot vient de “Sodome”, une ville décrite par la bible, comme un lieu de perversions qui a mal fini. Dans toute religion, il n’est pas rare de voir les habitants d’une ville “punis” par la destruction à cause de leurs “péchés”. Même si l’homesexualité était un des péchés reprochés à ses habitants, il faut voir qu’au delà de la “pratique anale” la “sodomie”, dans diverses cultures peut faire référence à des pratiques sexuelles “interdites” 

Sans vouloir refaire l’histoire, c’est dans la culture et les interdits religieux qu’on retrouve en premier l’opprobre quant à cette pratique. Aujourd’hui encore, il y a des pays ou la sodomie peut etre punie de prison, voire de mort, au même titre que d’autres pratiques, mais c’est une autre histoire. 

La sodomie, fantasme ou sujet tabou? 

La réponse sera différente pour chacun d’entre nous, et sera en fonction de notre éducation, de notre culture, de notre perception de la sexualité. Personnellement, moi la première fois que j’ai été confrontée à cette pratique, c’est en matant des films. Et bien sûr, la première fois que j’ai vu ça, je me suis dit “ jamais je ne ferais ça”. Ado, j’avais tendance à sacraliser la sexualité, attendre “ le bon” et apprendre à faire l’amour avec lui. Si je me replonge dans mes 15 ans, je doute que ça me fasse rêver de me prendre une bite dans le cul, et de finir avec une faciale. Alors qu’aujourd’hui je considère l’un et l’autre faisant partie de pratiques classiques. Probablement parce que j’ai une sexualité active depuis 4 ans, et qu’une fois les “besoins sexuels primaires” remplis, l’envie de découvrir d’autres choses et la curiosité ont pris le pas. La sodomie, les garçons en parlaient à l’école, bien sûr de façon très “masculine” qui ne fait pas rêver non plus. Ajoutons à ça le “tonton relou” qui fait des blagues là-dessus, qui ne font rire que lui, arrachent un rictus poli à d’autres personnes de la famille, et une incompréhension absolue chez les autres. Je ne vais pas aborder la sodomie entre mecs, car je ne connais absolument pas le sujet. J’ai un cousin bi qui est orienté mecs, un jour, je lui poserai quelques questions techniques, par curiosité. Je sais qu’avec la prostate, il existe un plaisir physique “ reconnu” chez les mecs, mais bon, je ne me sens vraiment pas légitime pour aborder le sujet dans mon article. Je vais me focaliser sur mes fesses à moi. 

La sodomie dans mon entourage proche

Avec mes deux groupes de copines, il y a eu des moments ou on parlait clairement de sexe, de manière fort crue d’ailleurs, et je me rappelle que la sodomie avait été abordée. Deux ou trois copines avaient essayé, et n’avaient pas aimé, pour les autres, c’était hors de question car sale. Je sais depuis qu’ Amal en parle plus, que, pour elle c’est monnaie courante dans son couple et qu’elle adore. Charlotte a toujours refusé, prétextant que c’est déjà assez serré au niveau vagin, que ses fesses, c’est no way ! Bon ça fait une fois ou deux qu’un petit pouce de mec approche de son fessier sans que le mec ne se fasse gueuler dessus, mais ça reste un non ferme. Au vu des mecs avec qui je parle, et du refus catégorique de leur femme je me m’interroge. Pourtant, ce sondage, montre qu’au delà de 30 ans, le % de françaises qui pratiquent régulièrement la sodomie est supérieure à 20%. Ce serait juste une question de timing? de maturité sexuelle? 

Ma première sodomie.

C’est assez récent, avec Arnaud et je ne le lui ai pas vraiment laissé le choix, j’étais dans un état second. J’en garde un super souvenir, la découverte, les sensations, tout ! Ca a été assez bref, pas tendre du tout, mais c’est ça dont j’avais besoin. J’ai l’impression que ça date, mais en fait c’était il y a un an, j’avais à peine 21 ans. 

Qu’est ce qui m’a donné envie de ça? Une excitation énorme, un manque, l’envie de ne pas faire une baise “plan-plan” classique… “ je le suce, il me pénètre, il jouit” Ce jour-là, j’avais envie d’être égoïste, salope, pour moi, pas pour lui. Je voulais juste me faire sodomiser, alors que je savais que lui, c’était pas son truc, mais à ce stade là, je m’en foutais pas mal. 

C’est le soir, après “la chose” que je me suis posée 1000 questions. J’avais adoré, et ça remettait en cause tout ce que j’avais pu lire, entendre et imaginer sur la sodomie. J’avais pris du plaisir, non seulement dans la tête mais aussi physiquement. J’ai eu mal au cul le lendemain, il ne faut pas se mentir, à froid, comme ça… Tu le sens quand tu poses le cul sur ta chaise. Mais bon, ça ne fait pas plus mal que des courbatures quand tu as un peu poussé au sport. 

Ma relation avec la sodomie

Elle n’est pas vraiment différente des autres pratiques, parfois, j’ai pas trop envie, parfois je laisse l’initiative au mec…Parfois je tuerais pour me faire sodomiser. Il y a quand même des facteurs que je ne retrouve pas pour d’autres pratiques ou du moins pour certaines autres. 

J’ai besoin d’avoir le ventre “ léger” pour me sentir à l’aise. A 2 heures du mat’ après avoir mangé une raclette et un gros dessert, passer par mon cul, c’est no way ! Ce que je mange détermine le fait que je sois à l’aise, ce qui n’est pas très glamour, mais c’est les règles implicites de la “tuyauterie”. J’ai aussi l’impératif d’avoir le SIF ( sillon inter fessier ) net, sans poils. Pour moi c’est important, même si c’était déjà arrivé d’avoir joué après une semaine sans épilation, je ne suis pleinement à l’aise que très nette. j’ai impérativement besoin de prendre une douche avant également pour être à l’aise, mais bon, je dirais que c’est une règle générale chez moi, sodomie ou pas.
Suivant le mec qui me sodomise, le mécanisme d’excitation semble être assez différent. Si je prends Maxime, avec qui ça reste rare, son approche est très longue, il fait monter le désir longtemps, il va vraiment faire durer. Un doigt dedans pendant qu’il me fait un cuni, un anulingus, et à un moment dans la soirée, il peut y pousser le gland jusqu’à me rentrer lentement son sexe au gré de mes cris.
Adrien, c’est complètement différent. Il ne me demande pas du tout mon avis ( c’est une règle générale ) c’est déjà arrivé qu’il arrache presque mon string et de me prendre le cul juste après avoir lubrifié un peu. La sensation est plus brutale, le plaisir est bien plus mental que physique, car je sais comment le mettre dans cet état à distance. C’est aussi une relation plus brutale, mais qui pourtant me procure un autre type de plaisir. 

Je n’ai pas encore exploré avec beaucoup de mecs, mais j’en ai envie, car leur approche de la chose fait énormément. 

Conseils pour une sodomie sans frustration 

Le meilleur conseil pour moi, c’est de ne le faire que si on en a envie, c’est la base de tout me direz-vous. Je vais parler de mon fonctionnement à moi, ou le premier organe à exciter, c’est mon cerveau. Sans ça, je ne mouille pas, je n’ai pas envie, et si l’envie n’est pas là, je ne prendrai pas de plaisir. Ca m’est arrivé une fois ou deux de me faire sodomiser sans en avoir envie, je n’ai pas pris de plaisir, j’avais envie d’en donner, mais croyez-moi, c’est un mauvais calcul. Dans un couple, légitime, habituel ou non, la première chose à faire, c’est en parler librement. Avec un peu plus d’expérience, je me sens capable de le faire avec un nouveau partenaire, sur base du feeling, mais partons du postulat ou ce n’est pas le cas. 

Les hommes sont plus souvent demandeurs, une fois qu’ils sont un peu en confiance et sacrément excités par l’idée, c’est généralement de leur côté, que vient l’ “idée”. 

Si je devais repartir de zéro, j’aimerais vraiment que le partenaire m’en parle sans me mettre de pression. Je dirais sans doute la première fois quelque chose dans le sens “ on verra” avant de faire quelques recherches de mon côté. Mais j’aurais, je pense  besoin d’être écoutée, rassurée, et avoir la certitude de pouvoir arrêter à tout moment sans donner la peur de décevoir l’autre. 

Plein de questions autour de la sodomie

La plus courante, est: est-ce que ça fait mal ? L’anus est une zone fortement innervée, ce qui fait qu’en effet, si on peut ressentir du plaisir, on peut ressentir également de la douleur. Le seuil de tolérance doit être propre à chacune d’entre nous j’imagine. Mais je sais que si je tente une sodomie sans être excitée, l’expérience sera forcément mauvaise, et mon anus de me remerciera pas. On dit “communément” que c’est la première fois qui fait le plus mal. Rien de plus faux. La première fois, c’est rentré comme dans du beurre, la seconde et la troisième, j’ai eu plus mal au début et le lendemain. Autre question, est ce qu’on peut jouir avec une sodomie ? En ce qui me concerne, je pense, que selon l’angle je pourrais y arriver, particulièrement si c’est couplé à une pénétration vaginale. Chez moi en tout cas, la sodomie signifie bien souvent la fin d’un rapport, car il suffit que je mette en même temps les doigts sur le clito, et je jouis quasi immédiatement. Une fois que j’ai joui, je n’ai plus envie de continuer dans l’anal. Autre question souvent posée : est-ce que la taille compte ? j’aurais tendance à dire oui pour le côté psychologique, alors que finalement, pour moi… si je suis super excitée, ça rentre. Plus c’est large, plus il faut y aller doucement, mais plus j’aurai de sensations, clairement. Est-ce que c’est sale? C’est comme pour tout, dans le sexe, une bonne hygiène est indispensable pour une relation sexuelle agréable, la sodomie n’échappe pas à la règle. 

La meilleure position pour la sodomie

Je pense que la position à elle seule ne fait pas tout. L’angle de pénétration, la morphologie du mec ( sexe courbé, droit… ) joue aussi. Personnellement avec Adrien, j’aime bien debout les coudes sur la table ou à 4 pattes, et avec Maxime, par devant, les jambes sur ses épaules… ça me donne des sensations dingues. J’ai essayé sur le côté ou les sensations sont bonnes, mais avec des pincements au début… Pour moi, une position agréable en sodomie, c’est celle ou j’ai un accès pour me stimuler le clitoris… Le combo gagnant pour jouir ! Donc je pense qu’il faut tester plusieurs positions pour trouver celle qui convient le mieux aux deux partenaires ! 

Que dit la “médecine” par rapport à la sodomie ? 

Il est reconnu que c’est une zone érogène, et que médicalement il n’y a pas de problème majeur à cette pratique. Il faut quand même savoir, que contrairement au vagin, c’est un endroit qui ne produit aucune sécrétion, et nécessite une lubrification externe pour éviter la douleur. Pour ma part, une pénétration anale juste après une vaginale, le sexe bien humide, ça le fait parfaitement. On déconseille la salive, la vaseline, et toutes sortes de produits qui peuvent rapidement devenir irritants. On conseille généralement un lubrifiant à base d’eau. 

Une chose est certaine, c’est qu’il n’est certainement pas conseillé de partir pour 45 minutes de pénétration pour une première sodomie. Certaines, peut-être dans le porno sont habituées à ce rythme, mais ce n’est clairement pas la norme. Il faut aussi éviter d’alterner pénétration vaginale et anale, même avec une bonne hygiène, il reste le côté bactérie qui peut générer des infections. Pour le reste, je pense qu’il y a assez de conseils raisonnables sur internet. 

D’autres petites choses que j’ai lues également

La sodomie ne doit pas forcément commencer avec le Zgeg dans le derrière, ça peut se faire en plusieurs phases, la langue, le doigt, un chapelet, un plug… un petit gode fin. La pénétration anale avec un sexe n’est pas une finalité en soi, il y a moyen de prendre du plaisir anal sans ça. Personnellement, il ne me viendrait pas à l’idée de me mettre des trucs dans le cul pour m’entrainer, mais certains le font pour se rassurer, ou se préparer… Je pense que ça peut être une bonne idée. Le plug est aussi une excellente alternative que je recommande vivement, il en existe plusieurs tailles, même pour débutantes. 

J’ai sans doute, encore beaucoup de choses à apprendre au niveau de la sodomie, les pratiques sont assez nombreuses, je vous tiendrai au courant de mes éventuelles découvertes. D’ici là, je vous encourage à communiquer, prendre votre temps et découvrir ce plaisir intense ! 

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply
    Bruno
    27 mars 2022 at 20h51

    Encore un magnifique texte de ta part, alors mon ex femme quand je lui leche le cul non un doigt non alors le reste n’en parlons pas enfin voilà bon j’ai quand même trouver une open pour tout

    • Reply
      MarineMC
      3 avril 2022 at 13h06

      il faut avant tout avoir envie de sortir de sa zone de confort, ce n’est pas simmple

  • Reply
    Totopatator
    28 mars 2022 at 14h05

    Encore un article informatif et réussi 👍

Leave a Reply