Mes Expériences Sensuelles

Mes expériences sensuelles – partie 4

23 mai 2021

J’ai mis plusieurs minutes à écrire ces premiers mots, juste après avoir mis le titre, peut être un peu ridicule de me dire qu’il y a un épisode 4 à ma vie sensuelle, un peu comme si j’avais eu un tas d’aventures. 

Il y aura un épisode 5, un peu plus délicat à écrire, maintenant que j’ai quelques lecteurs, j’ai tendance à omettre volontairement des détails qui pourraient choquer.

Or c’est idiot, je fais à la base ce blog, ou journal intime électronique, justement pour avoir la liberté de dire ce que je veux, et mettre les mots comme je les ressens. 

La première fois c’est quoi ? 

C’est censé être l’un des moments les plus importants de la vie d’une jeune fille, la perte de la virginité.

J’avais cru perdre la mienne deux ans et demi auparavant avec le père d’une ancienne amie, à qui je dois mon premier orgasme.

Finalement aujourd’hui je me dis que le premier orgasme donné devrait plus, sans doute se rapprocher de la notion de la première fois que l’introduction d’un pénis dans un vagin.

J’avais 18 ans et quelques jours quand LA CHOSE s’est produite, Arnaud avait insisté pour que je sois majeure, concept de l’ancien temps selon moi.

Quand une fille est prête dans sa tête et dans son corps, je pense qu’elle est apte à avoir des relations sexuelles.

J’entends déjà les moralisateurs et leurs grands discours. Mais ce n’est peut-être pas un débat à avoir avec moi-même aujourd’hui, je l’ai eu avec Arnaud le premier jour où il a mis la main dans ma culotte. 

La découverte de la sexualité de couple

Finalement, Arnaud qui a voulu absolument attendre que j’ai 18 ans, et éventuellement qu’on soit fiancés pour faire l’amour la première fois.

Les deux fois ou j’ai tenté d’aller plus loin, ça s’est terminé en dispute.

Je devais avoir 17 ans je pense lors de la plus grosse dispute, j’étais dans une période assez hot, et c’est là que tu découvres que parfois, il faut arrêter de penser et donner au corps ce qu’il veut.

Il avait donc 20 ans, pour lui ça lui posait un problème moral et “légal” bien que la majorité sexuelle est à 15 ans.

Je me rends compte aujourd’hui que finalement je n’ai pas été respectée dans mes envies. c’est une réflexion que je viens d’avoir en écrivant ces lignes.

Probablement pas le meilleur moment pour relater cette période de ma vie, car je suis assez fâchée contre lui en ce moment. 

La vie sexuelle des copines à cette époque

Sujet un peu tabou à cette période, un peu comme si les filles étaient classées en deux catégories.

Celles qui l’ont fait, et celles qui ne l’ont pas fait.

On ne parle pas de touche pipi ou d’explorer ou non. On parle bien de celles qui ont perdu leur “virginité” avec un sexe masculin.

Les réflexions qui tombent en ce moment… Quid des nanas qui se sont touchées en insérant doigts ou objets?

Quid de la brosse à cheveux qui est passée avant le premier petit copain? (Petite pensée à une copine dont le sacro saint dépucelage est dû à un manche de brosse à cheveux).

Quid des lesbiennes qui peuvent faire l’amour sans pour autant se rentrer quelque chose ?

Bref, j’ai été de celles qui ne l’avaient pas fait, mais on supposait que je l’avais fait car j’étais en couple depuis longtemps. Je dormais chez Arnaud au moins une ou deux fois par mois et il venait à la maison sous le regard méfiant de mes deux frères. 

Tentative de compromis

Ça a été un sujet de discussion assez récurrent, mais finalement comme je devais rester vierge encore un long moment, Arnaud a eu une idée géniale ! La sodomie ! Ha ben oui ! 

J’aurais dû y penser moi même !

Quand tu es ado, amoureuse et que tu as des papillons dans le ventre, ta première fois, tu penses bien sûr à prendre dans le cul !

Hors de question pour moi bien sûr.

Je ne dis pas que je n’avais pas sondé l’une ou l’autre copine en mode “non mais il abuse, t’en penses quoi? “ toutes ont été unanimes.

C’est dégueulasse et il parait que ça fait mal !

Même ma cousine Chacha a été choquée, (alors qu’elle avait déjà un beau tableau de chasse) et c’est ce qui m’a surtout confortée dans ma certitude. 

Les premiers jeux

Je ne vais pas me plaindre de tout, il y a eu de très nombreux moments assez chauds.

mes-experiences-sensuelles-partie-4-petitefillesage


Les premières fois ou il a mis la main dans ma culotte, je ne savais vraiment pas ce qu’il cherchait mais c’était excitant, j’avais du plaisir, mais il a fallu de nombreux mois avant qu’il me donne mon premier orgasme, sans doute par hasard, car de mémoire le suivant et ceux qui ont suivi ont été espacés. 

Puis est arrivé le jour, où après s’être chauffé longtemps, vient le sujet de la fellation.

Je le branlais déjà souvent, donc j’ai assez vite assimilé le mouvement mécanique et régulier de la chose.

Sucer était vraiment pour moi une étape importante. Je ne vous raconte pas les exercices effectués sur des bananes (plan de Chacha bien sûr) qui avaient eu plus de coup de dents qu’autre chose, les dizaines de vidéos de fellation visionnées.

Le jour était venu. 

Charlotte avait trouvé un super truc qui marchait à tous les coups (et elle en avait déjà sucé plus d’un) bien plus simple que les techniques de pipes sur Pornhub ou les nanas avalent des trucs immenses avec un savoir-faire millénaire.

Donc THE truc pour être une pro de la pipe quand tu débutes : Tu prends le sexe du mec en main, tu le branles puis tu poses ta bouche sur le gland, tu ressors ta bouche du gland et tu le reprends en bouche ! Easy ! 

Donc le jour arrive, je prends ma douche, je mets mon t-shirt et mon pantalon de pyjama, et je l’attends, un peu stressée, fort excitée ! 

Lui il sort de la douche, il bande déjà, et de la façon dont il avance, je comprends que les préliminaires ne sont pas d’actualité.

Je m’assois au bord du lit, je  prends son sexe en main, tout est clair dans ma tête pour les 10 prochaines minutes.

J’arrête un court moment, je prends son gland dans ma bouche, il est chaud, dur.

À ce moment, j’ai entendu un râle, qui m’a fait prendre un peu de recul, le temps de voir quelques petits jets arroser mon t-shirt et mon pantalon de pyjama

Tout ça pour ça..? Quasi deux ans à stresser pour la pipe la plus rapide de l’histoire? 

Lui était aux anges, c’était sa première fellation et semblait vraiment comblé… Et moi j’étais là un peu perdue avec mon pyjama couvert de sperme

C’est ce soir-là aussi que j’ai eu mon premier cuni.

Pas grand chose à dire, agréable, doux, tendre, de bonnes sensations, mais la déception aussi de ne pas avoir joui.

Loin des films ou on voit les nanas presque se tordre dans tous les sens. Loin des “ c’est trop géniaaaaaal les cunis” de Chacha. Et si finalement la sexualité n’était qu’une comédie? 

Le jour J 

Il était planifié depuis des mois.

À quelques jours près. Avec le recul, je me dis qu’on peut planifier une opération à long terme, un voyage, un mariage ?

Moi c’est mon dépucelage, l’introduction de la queue de mon mec dans mon vagin.

Nous avions fêté mon anniversaire chez un ami commun avec notre groupe de potes habituels.

Je n’étais ni stressée ni impatiente.

Bon ok j’étais impatience, j’étais assez absente de la soirée car je n’avais que ça en tête.

On avait pas parlé de la position, il m’avait juste dit qu’il irait doucement pour ne pas me faire de mal.

Arnaud a cette qualité d’avoir toujours été très tendre, patient, vraiment parfait. Je n’avais pas peur. Enfin, la demi-bouteille de vin blanc avait peut être aidé.

Capotes, ok. Petite culotte sexy ok. Plus un poil nulle part.

Et le copain, très gentil de nous laisser son lit, nous avait demandé de ne pas le défoncer. ( ! ) 

On s’est simplement couché l’un à côté de l’autre, j’ai directement enlevé ma culotte, puis les choses se sont passées. Je n’ai plus de souvenirs précis de l’enchaînement des choses, je dois avoir un trou noir d’une bonne heure, on a beaucoup discuté, probablement beaucoup de caresses.

Je me rappelle juste à un moment il a un peu rentré son doigt, il s’est assis sur le lit pour enfiler le préservatif. Il s’est mis sur moi, j’ai écarté les cuisses, machinalement comme si j’avais l’habitude, il est rentré. Je me rappelle la sensation de ce moment, ou je me suis dit, ça y est, enfin !

Je me rappelle l’avoir serré fort dans mes bras, remplie d’amour.

Le désir commençait juste à monter, non pas à cause de la pénétration mais par le fait de me dire que j’étais en train de faire l’amour, quand il s’est arrêté après quelques soubresauts. 

Et donc c’était ma première fois

Je l’ai écouté un moment me dire à quel point c’était génial, que j’étais super chaude au lit (??).

Puis il m’a demandé si je n’avais pas eu mal lors de la première pénétration et si j’avais eu un orgasme.

Gros malaise chez moi, je lui ai dit qu’il avait été parfait, très tendre et que j’avais eu du plaisir.

Mais que pour l’orgasme, il fallait s’entraîner.

On a discuté encore pendant un moment, j’avais envie de le refaire.

Finalement on s’est endormi tendrement dans les bras l’un de l’autre. Je n’étais ni déçue, ni triste, mais pas joyeuse du tout.

Dans les forums que j’avais pu lire, j’ai souvent lu que la première fois faisait un peu mal, ou d’autres qui disaient que c’était ouf.

Moi, j’ai senti quelque chose qui me pénétrait, avec à peine un semblant de début de sensations. 

Je retiens juste qu’il a été très tendre, attentionné, et super prévenant.  

Mais niveau sensation, les premières fois, c’est pas vraiment ça. Avec le temps, j’ai pu en discuter avec quelques copines, finalement je n’ai pas à me plaindre, ça aurait pu être pire. 

Petite pensée à Amal, sa première fois, son mec s’est trompé d’orifice ! 

Only registered users can comment.

  1. J’avoue que cela m’a fait étrange de lire que la date de votre première fois a été programmée à l’avance…
    Le bon côté des choses, c’est que vous n’avez pas eu mal et que cela ne vous a pas refroidi…

    Petite pensée en effet pour votre amie Amal à qui cela a dû faire bizarre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *