mes-experiences-sensuelles-partie3-banniere
Mes Expériences Sensuelles

Mes premières expériences sensuelles partie 3

2 mai 2021

D’ailleurs, je ne sais pas si je dois appeler l’article sensuel ou s’il y a un milieu entre sensuel et sexuel. Je reviens sur l’épisode du papa de ma copine de basket, Elisabeth, et l’incident de la salle de bain. Je me demande si j’ai le droit de raconter ce genre de chose, qui pourrait être considéré comme quelque chose d’immoral, mais ça fait partie de moi, de mon histoire, et on a tous une part d’ombre, vous avez la votre, j’ai la mienne. 

Une semaine ou deux plus tard, je revois le papa, au club de basket, je vais lui faire la bise comme toujours, il semble un peu mal à l’aise, moi je fais ça rapidement, pour éviter qu’il ne me reparle, j’en avais pas envie.

Je rejoins mon frère à la cafétéria, qui boit un verre avec ses copains, il a été absent quelques mois pour une blessure au genou, j’espère que ça ne va pas durer trop longtemps, mais bon, j’attends sur une table en retrait avec un petit paquet de chips, mon ice-tea et vais stalker quelques profils insta dont celui d’Arnaud, il parait qu’il n’est plus avec sa Bimbo. Mais il poste peu, et il met des jours avant de répondre à un message par une phrase qui ne dépasse que rarement les 3 mots. 

Puis qui je vois en face de moi? Le papa ! Il me demande s’il ne me dérange pas, si ça va, je regarde un peu partout ou se trouve Elisabeth, elle est avec le coach qui fait des grands mouvements. Je réponds un salut ça va oui, puis il me demande si je suis fâchée, car je ne réponds pas à ses messages. Bah j’ai pas de notif whatsapp, je lui réponds que non il n’y a pas de problème, mais que je n’ai pas de message, en plus c’est dans un groupe pour du covoiturage pour les matchs que je l’ai, je n’ai pas de privé avec lui. Il me répond que c’est sur messenger, je lui ai dit que j’ai pas vu les messages, mais je répondrai. Je fais un sourire, puis je replonge dans mon téléphone, et il parti. 

J’ai rapidement été voir dans les messages non  lus, il y en a des tas, des demandes d’amis de gens que je ne connais pas, des pervers qui viennent juste pour te bassiner avant, soit de demander des nudes ou balancer des dick pics à vomir. 

En effet, parmi un tas d’inconnus, j’ai ses messages à lui, envoyés le lendemain de l’incident, ou j’ai un mini roman. Dans les grandes lignes, il s’excuse de nouveau, m’assure que ce n’était pas fait exprès, me demande de ne pas en parler à Elisabeth, chose à laquelle je n’ai pas pensé une seconde. 

Le soir, dans mon lit, je fais l’impensable… je réponds. 

Je lui ai dit aucun souci ,c’est déjà oublié, c’est ma faute j’aurais dû fermer la porte. 

Bien que je sais qu’il a une douche dans sa chambre et qu’il aurait pu aller la prendre là, mais bon je le sens sincère. 

Il engage aussitôt la discussion, j’ai pas envie de lui parler de banalités, j’avais de mémoire des autres discussions avec d’autres personnes sans doute. Enfin, je ne sais plus très bien, juste que je n’avais pas envie de démarrer une discussion avec lui, je ne voyais pas l’intérêt.

Il m’ajoute en ami, je ne réponds pas.. Elisabeth va le voir direct, il est con ou quoi? 

Je me laisse prendre au jeu

Je le recroise au basket le samedi suivant, on avait perdu un match facile, j’étais fâchée contre moi, j’ai raté de belles opportunités, après le bla bla du coach nous disant qu’on avait vraiment fait les touristes.

J’ai passé un quart du match sur le banc, ce qui m’avait mis en colère contre tout le monde. Finalement Dany ( bah oui il a un prénom) me serre dans ses bras en me disant que j’avais bien joué, mais que le basket était un sport d’équipe, puis je ne me rappelle plus du reste. J’étais stupéfaite, j’entendais le son de sa voix, mais plus trop les mots, j’aimais bien son côté rassurant.

Et j’ai senti son parfum pour la première fois, regardé la forme de son cou, son polo  qui mettait son corps en valeur, le temps s’est arrêté, toute la colère était retombée. Le coach venait de me demander si je m’étais réveillée ce matin, mais je m’en foutais, il râle tout le temps. J’avais presque pas écouté mon frère, qui a fait un résumé  du match sur le chemin du retour. je suis ailleurs, je pense à ma vie chiante d’ado, j’ai pas de mec, pas vraiment de loisirs ou de passions à part le basket.

 

Je tiens mes séances de sport par contre, c’est une des rares fois ou je suis aussi régulière dans quelque chose, sculpter mon corps devient une obsession et les résultats sont là. 

Mais ce n’est pas pour autant que je vais me trouver un mec. Beaucoup de mes copines ont déjà eu une ou deux histoires, ça n’avance pas avec Arnaud, et je pense que ça n’avancera jamais, je serai son “pote” à vie 🙁

 

mes-experiences-sensuelles-partie3

Je relance Dany le soir par messenger

Ne me demandez pas ce qui m’est passé par la tête, je mets un message dans notre conversation, il répond. Me demande si je me suis remise du match, en fait, j’avais déjà oublié cette journée, j’avais juste envie de m’évader. Je lui pose des questions sur son boulot, il est kiné. Je le sais déjà, il a souvent massé des joueuses ayant des crampes et nous bassine depuis toujours sur l’importance du stretching après chaque entraînement. 

Je me rappelle lui avoir posé des questions vraiment stupides, du genre est ce qu’une patiente enlève son pull pour se faire masser. Un tas de questions naïves et débiles. 

Bien sûr il n’y a rien de sexuel dans son métier, il y a plus de manipulation, que de massages, image stéréotypée d’une profession, il est ostéo, en plus d’être kiné. Les massages étaient assez rares dans son quotidien, sauf au club, masseur de mollets en chef! 

Ce qui m’intéressait surtout c’était de savoir s’il voyait souvent des nanas canons dans son cabinet. Les réponses étaient assez chiantes à vrai dire… ce qui m’intéressait au fond c’était de savoir s’il regardait le corps d’une nana bien foutue qui enlevait son pull.

Je ne me rappelle plus des réponses exactes,  mais je me rappelle avoir été frustrée de la conversation. 

Les semaines passent

Ce n’est pas la période la plus gaie de ma jeunesse, l’école m’emmerde au plus haut point et je me sens un peu déconnectée des jeunes de mon âge.

Les nanas dont la principale conversation c’est les épisodes de téléréalité, que je ne suis absolument pas, non pas par manque d’intérêt, mais mon père interdit les émission qu’il juge débiles !

Gonflé pour quelqu’un qui regarde les matchs de types qui courent derrière une baballe. Un de mes frères quitte la maison pour aller vivre avec sa copine. ça ne passe pas trop avec maman, pourtant je la trouve chouette, ils vont bien ensemble.

L’un des avantages c’est qu’on s’engueule un peu moins le matin pour monopoliser la salle de bain. 

Je vois un peu moins Dany aux entraînements ou matchs, il travaille beaucoup, mais à chaque fois, il a toujours un mot gentil pour moi, et il me fait rire avec des blagues nulles. 

Puis le fait d’être passé en conversation secrète sur messenger, c’est comme si il y avait un secret entre nous, on ne parlait pas de ça de vive voix, mais il y avait quelque chose avec un goût d’interdit qui me plaisait. Puis j’aimais bien savoir que quelqu’un avait de l’intérêt pour moi, même si ce n’est que pour mes capacités sportives. 

Chaque fois qu’Elisabeth m’invitait à dormir chez elle, j’essayais vraiment d’y aller. J’étais devenue sa confidente, elle avait un mec deux ans plus âgé, et on a commencé à parler de cul (finalement j’ai toujours adoré parler de cul). Je sentais que Maman avait un genre de réticence pour me laisser aller dormir chez Elisabeth, mon père et Dany ne se sont jamais vraiment parlé plus que pour se dire bonjour. C’est à cet âge là qu’on commence à comprendre les différences de classes sociales, il est clair que pour les sorties ou les fringues, Elisabeth et moi, on n’avait pas le même type de budget. 

Cette différence s’effaçait sur le terrain, ou dans le lit on on papotait devant une série à la con.  

Le chaud et le froid. 

La nouvelle copine de Dany était souvent là le Week end quand j’allais, et les repas étaient assez étranges.

La fille était sympa mais un peu vide, elle était infirmière à l’hôpital avec des horaires de dingues. Dany était différent avec moi quand elle était là, et Elisabeth la calculait à peine. 

Un soir on les a même entendus baiser,  je me rappelle un peu la froideur du petit déjeuner le lendemain matin, on faisait notre life de notre côté. 

Finalement les mecs jeunes ou vieux sont sans doute pareils. Sa nana ne semblait pas méchante, mais c’était clairement pas un futur prix nobel de quoi que ce soit. Une blonde bien foutue avec un chemiser blanc moulant et un rouge à lèvre de pute, ça ne doit pas se faire prier pour se faire démonter le soir. 

Quelques jours plus tard, message sur la conversation secrète. Dany me demandait comment j’allais, il ne m’avait trouvée bizarre le week-end. Putain il est gonflé lui, je ne sais jamais sur quel pied danser quand il est là !

Puis je lui balance un truc du genre “ toi par contre tu semblais en forme”. Un peu surpris de ma remarque, il me demande ce que j’ai, et je ne me rappelle plus la suite de la conversation. C’est plus tard ou la semaine d’après que j’ai relancé le sujet. 

On se parlait rarement, peut-être une heure ou deux toutes les semaines ou 10 jours, je me rappelle juste que j’avais envie de garder un lien, sans savoir pourquoi. 

Un jour, il me dit que sa nana ne serait pas là le we suivant et que je pouvais m’arranger avec Elisabeth pour venir dormir. Je n’ai vraiment pas compris l’intention derrière, mais j’avais un truc de prévu en famille. Puis je lui ai balancé une vanne du style, dommage pour toi et ta copine, vous ne pourrez pas vous amuser.

Il a sans doute pas compris ou fait semblant de ne pas comprendre, mais je lui ai dit que la dernière fois que je les ai entendus dans sa chambre ils ne jouaient pas à Uno.

Ca l’a fait rire, demandant si j’échais choquée, j’ai dit pas du tout, et j’ai zappé. 

Devinez qui m’a encore poussé à faire une connerie ? 

On peut toujours compter sur Charlotte pour ça, on était à l’anniversaire de mariage du beau père et la mère des parents de chacha.. super journée, on se raconte nos histoires, enfin elle surtout les siennes, quand on a des moments rien qu’à deux. 

Je lui raconte le moment de gênance ou j’ai entendu Dany et sa copine. J’ai dû trop lui parler de Dany je pense, bien que de mémoire, jamais à aucun moment je n’ai parlé d’attirance ou autre.

Mais pour Chacha, aucun doute, la conversation secrète + le coup de la salle de bain veut dire qu’il a envie de me sauter.

Théorie souvent vérifiée dans les films porno où le daron finit par se farcir la copine de sa fille. Mais dans la vraie vie, ça ne se passe pas comme ça. 

En réalité, juste savoir qu’il me trouve jolie serait déjà tout un monde pour moi, j’ai pas envie du tout de savoir ce qu’il pourrait avoir en tête. Puis c’est impossible, j’ai 15 ans et demi, un an de moins que sa fille, on a regardé trop de films je pense. 

THE message

Chacha veut qu’on le chauffe par message, j’ai envie de jouer un peu, mais pas le chauffer. Finalement, je zappe.

Au moment du dessert, je fais une story insta, je passe un bon moment. Puis je vais voir messenger… je discute quasi tout le temps sur insta ou snap, mais c’’est devenu machinal. 

Puis je vois le premier message que Dany a envoyé : “je te réponds plus tard”, puis un tas de messages derrière. La question que ” j’ai ” posée vers midi c’est “ c’est un bon coup au lit ton infirmière”? J’ai pas vraiment eu envie d’assassiner Charlotte, mais pas loin. 

Je ne sais pas comment enchainer aux réponses qu’il a données, dont je ne me rappelle plus que le sens, mais les réponses étaient assez light, il parlait de sa relation en général, en disant que sexuellement ils s’entendaient bien.

J’ai honte des questions que j’ai posées par la suite. Je vais vous épargner ça, mais ce qui nous intriguait le plus c’est de savoir si elle suçait bien, s’ ils le faisaient souvent, ailleurs que dans le lit… Et lui il répondait. En fin d’aprem il me disait qu’on continuerait la conversation plus tard. J’avais sans doute été trop loin, je m’excuserai quand il me remettra à ma place. 

Le soir, Charlotte et moi étions seules, ses parents se faisaient une nuit en amoureux à l’hôtel… on s’est défoulées sur des films pornos et tchats après avoir vidé un fond de bouteille et bu un ou l’autre truc. 

Conversations intimes

J’ai passé le lendemain à regarder mon téléphone toutes les 10 minutes, la journée a été longue.

Je bossais mes cours à moitié, ma mère faisait la sieste, mon père ronflait devant la télé… C’est en fin d’après-midi que Dany est arrivé, je me suis directement excusée pour la veille, il m’a répondu amusé qu’il avait été surpris, qu’il aurait bien continué à discuter, mais qu’il était fort occupé.

Là il m’a dit que c’était à son tour de poser des questions… Et il en avait beaucoup. A la fin de la soirée, il savait que j’étais encore vierge, comme il s’en doutait, que je n’avais pas de petit ami.

J’ai mytho en disant que j’en avais eu deux, et qu’il y avait eu des échanges de caresses, que j’avais déjà maté du porno (là j’ai mytho aussi en disant que c’était arrivé “un peu par “hasard” ) On a discuté jusque tard dans la soirée. 

J’appréhendais et j’attendais avec impatience de retourner dormir chez Elisabeth ( je devrais dire chez Dany en fait). Il a fallu attendre la fin des cours pour que ça arrive… plusieurs semaines. 

Entre temps, il m’avait avoué qu’il aimait mon maillot de bain jaune, mes grandes jambes et que du peu qu’il avait vu en rentrant dans la salle de bain, j’avais des seins superbes.  

J’étais gênée et flattée, et j’essayais de mettre de côté tout le côté malsain de la situation, ça me plaisait, et il y avait une forme d’excitation. Une copine avec qui je prenais ma douche après la piscine m’a dit que j’avais un corps superbe et qu’elle aimerait aussi être comme moi. Surprise d’entendre ça d’elle, alors qu’elle était hyper bien foutue, ça m’a rassurée. 

C’est aussi la période ou j’ai commencé à me raser le sexe, Charlotte me disait qu’il était temps de passer au rasoir, et en effet, dans les vestiaires, quasi toutes y passaient visiblement. 

Dany m’a un jour dit, dans l’oreille à la sortie des vestiaires : “tu es superbe dans ton petit short”. Venant de lui j’étais aux anges, et j’étais rentrée malgré moi dans un jeu de séduction. 

J’avais vraiment envie qu’il me voit de nouveau dans mon maillot de bain, et de savoir qu’il me regardait, pas parce qu’il me trouvait jolie, mais parce qu’à ses yeux, j’étais sexy

La salle de bain, épisode 2

Un week end barbecue, avec Elisabeth, une copine à elle  et son mec. Soleil qui tape, piscine, ambiance géniale. L’effervescence est un peu retombée avec Dany, les conversations messenger étaient toujours agréables mais avaient perdu la saveur des débuts. 

Piscine, transat, maillot deux pièces, j’ai des sourires, mais pas une fois je l’ai vu mater mon décolleté. Je suis vexée, déçue jusqu’au moment où je le rejoins au barbecue ou il me dit discrètement, sans me regarder que mon maillot me va toujours aussi bien.

La fin de l’après-midi est étrange, Elisabeth est malade, on pense à une indigestion, le médecin vient… insolation  ! Elisabeth mise au lit, Dany va reconduire le couple, je suis au chevet d’Elisabeth qui s’endort. Je lui dis que je vais la laisser se reposer et rentrer. Elle me demande de rester, elle sera rassurée si je suis pas loin, on convient que je dors dans la chambre d’ami à côté. Dany rentre, je lui dis que Elisabeth veut que je reste, que je sais pas si c’est une bonne idée, mais il me propose une soirée film à deux. On discute un peu sur la terrasse, on range, je l’aide à ranger, remplir le lave-vaisselle, je suis en short, j’ai mis un t-shirt, je suis encore plein d’huile, j’ai hâte de prendre ma douche. 

On voit Élisabeth à deux, on la force un peu à boire, elle grogne et se rendort… le médecin a dit qu’elle devait se reposer au moins jusqu’au lendemain soir et voir comment ça évolue.  

La nana infirmière propose de se faire remplacer pour la nuit pour venir surveiller Élisabeth, Dany la rassure et dit que non, ça va aller, qu’on est deux à la surveiller (mon inconscient a sans doute hurlé un ouf de soulagement à ce moment-là). 

Il m’aide à préparer le lit de la chambre d’à côté, je vais chercher mon sac à dos avec mes fringues, puis je lui dis, bon, je vais prendre ma douche, je suis toute collante. 

Là, il me dit. Ok j’ai compris le message, ne t’inquiète pas, je prends la mienne plus tard dans ma chambre, plus de risque d’incident diplomatique.

Je suis sur mon lit quelques minutes, puis j’envoie un message sur whatsapp pour être certaine qu’il le voie.. en lui disant qu’il n’y aurait pas d’incident diplomatique et que les accidents ça peut arriver, avec l’emoji petit bonhomme qui lève les yeux.  

J’ai attendu de voir qu’il avait lu les messages avant d’aller dans la salle de bain, Élisabeth dormait toujours… J’ai pris ma douche le cœur qui battait à 200 à l’heure, m’attendant à tout moment voir la porte s’ouvrir. Je regrettais le message que j’avais envoyé, mais après tout, j’avais besoin de me sentir plus adulte.

Puis en me lavant les cheveux, coup de panique, une fois rentré dans la salle de bain, il regarde et s’en va ? Les scénarios se sont bousculés dans ma tête.

La porte ne s’ouvrait pas. j’ai pris le temps d’essuyer mes cheveux, nue, j’avais bien pris soin de me raser la veille. Mais rien. Une fois de plus je m’étais fait des films.

J’avais préparé mon short de nuit et mon t-shirt blanc ou on voit mon nombril, finalement je les ai juste remis pour aller dans la chambre. Je n’osais pas descendre, noyée dans ma honte.

Message Whattapp me proposant de regarder un film si je n’avais rien de prévu. Je réponds juste “ok” je descends pieds nus, en short, et le gros survêt rose délavé sur le dos. 

Le film dans le salon

Ambiance un peu étrange quand je suis descendue, j’étais mal à l’aise, pas un mot sur le message rien. Il dit que je peux choisir un film sur Netflix, j’ai pas d’idée, je lui demande de choisir. Je me rends compte que j’ai un peu abusé sur le parfum, je regrette, je me sens super cruche. 

Il ferme les volets pour être dans la pénombre, me demande si je veux boire quelque chose.Il devait être moins de 21h, et même si tout était “normal” j’avais pas trop envie que sa nana rentre quand même à l’improviste et découvre cette atmosphère.

Élisabeth, je lui avais dit d’envoyer un message si elle avait besoin de quoi que ce soit, que son père avait proposé une soirée Netflix.

Elle m’a juste dit qu’elle était super désolée que c’était nul comme soirée, à ce moment-là je me rappelle m’être dit que la journée tout à fait géniale était vouée à être assez embarrassante si je continuais à me faire des films.

J’hésitais même à repassée par ma chambre pour mettre mon pantalon de survêt, mais il faisait assez chaud. 

Finalement, film quelconque, je ne rentre pas dedans, je me dis que j’aurais sans doute mieux fait d’insister pour rentrer à la maison puis Dany se retourne sur moi : “ alors, toujours pas de petit copain ?”.

Je réponds assez surprise, heuu non pas en ce moment ! Ou peut-être une petite copine ? Ha non, je ne suis pas lesbienne du tout.

Il m’explique qu’une nana peut essayer plein de choses et avoir plein d’expériences.

D’ailleurs parfois des copines qui dorment dans le même lit peuvent avoir des gestes de tendresse ou d’amitié et déraper, c’est tout à fait naturel. Le fait qu’Elisabeth et moi prenons nos douches ensemble et dormions dans le même lit avait un peu trop enflammé son imagination, j’étais choquée !

À aucun moment de ma vie ça ne nous est venu à l’esprit. J’essaie de sortir de cette discussion dérangeante en lui demandant des news de sa nana (dont je me fous complètement) il en parle comme quelque chose d’assez stable mais compliqué au niveau des horaires.

On parle de tout et de rien, puis je demande si je peux fermer la porte fenêtre, j’ai les pieds glacés. 

Le massage

Il me propose un massage des pieds pour les réchauffer, je dis non ça va merci. Il monte et revient quelques minutes plus tard avec un plaid. Il a été voir Elisabeth qui dort, il en avait aussi profité pour se changer, short noir et polo. Je me suis laissée faire quand il m’a dit allez, donne moi tes pieds… et en effet, je vous confirme, un massage des pieds, c’est vraiment bon, c’est le seul que j’ai eu de ma vie, mais ça détend vraiment. 

Son de la télévision au minimum, on parle, il me demande si je continue le massage… je fais oui de la tête. À ce moment là, je me suis dit que ça allait déraper, je n’étais pas en panique, je pensais à Chacha qui m’aurait dit “vas-y fonce” 

Massage des mollets, jambes, cuisses…Le plaid est au sol, j’ai chaud. je n’ose pas retirer le survêt.

Peur de provoquer les choses, je ne voulais pas faire l’aguicheuse, regrettant de plus en plus le message avant la douche. Mais en analysant brièvement la situation. Un homme qui masse la copine de sa fille jusqu’aux cuisses, on a certainement franchi une limite. 

Tant pis, d’un réflexe machinal, je regarde son short, rien de spécial. Je me fais peut être des films, un homme excité bande. Et moi, je ne sais même pas si je suis excitée, je suis dans un état second. Puis fin du massage. Je suis un peu surprise, je dis merci, il me demande si j’ai aimé, je lui dit qu’il est super doué. Puis petit blanc, je me demande si je lui dit au revoir avant de  fuir dans ma chambre, suivre le film à ce stade n’a plus de sens. Je ne sais plus exactement ce qui s’est passé ou dit mais je me suis retrouvée assise sur un pouf, lui derrière moi à me faire un massage des cheveux et du cou. Je ne me rappelle plus vraiment les enchaînements, juste que deux fois il m’a dit que j’arrête le massage quand je le souhaite. 

Il a enlevé mon pull, retiré mon t-shirt après un hochement de ma tête qui disait oui à une question que je n’avais pas écoutée, j’ai fermé les yeux et il m’a caressée du cou, jusqu’aux ventre, les seins. Il m’emmène dans le canapé je me mets sur lui, je ferme les yeux, sa main est entre mes cuisses, il me masse le sexe, je suis transportée. Il me dit que je retire le short quand je suis prête, je secoue la tête sans trop comprendre, je ne me pose pas de questions, je suis dans un état second. Je sais que je vais perdre ma virginité, là maintenant. Il enlève son polo, je lui caresse le dos, il me prend un sein en bouche sans que je ne m’y attende et accentue la pression de sa main sur mon sexe, au dessus du short, il est passé à l’intérieur sur la peau, mais ça ne devait pas être pratique pour lui j’attendais qu’il enlève mon short et me rentre son sexe que j’espérais dur

Mon premier orgasme

Je ressentais un plaisir immense dans tout mon corps, mon esprit ne réfléchissais plus, j’avais confiance en Dany pour que la suite se passe bien pour moi.

Je l’imaginais dur au fond de moi, à faire des petits va et viens. Puis j’ai complètement perdu le contrôle, je me suis mise à convulser, j’ai entendu des sons sortir de ma bouche malgré moi, toute la pièce tournait autour de moi, j’ai cru que j’allais m’évanouir, plusieurs vagues me secouaient le corps, du ventre jusqu’aux tempes. 

J’ai éclaté en sanglots, mes bras serrés contre son cou, au point de l’étouffer. j’avais besoin de ne plus bouger, de figer la situation. Je ne sais pas combien de temps ça a duré, mais il m’a caressé les cheveux en me parlant. 

Il pensait que j’avais déjà eu un orgasme, et moi je découvrais cette sensation merveilleuse qui fait qu’une fille normale à un point donné, peut totalement perdre le contrôle total pour connaitre cette sensation.

On a un peu discuté, j’ai remis mon t-shirt, et je me sentais nulle que lui n’ait pas pris de plaisir. j’ai senti son sexe contre moi, mais il est resté dans son short. Il m’a rassurée en me disant qu’il avait adoré, mais que finalement c’était bien que ça se soit passé comme ça. 

Il m’a dit, je vais prendre ma douche et aller au lit. Il m’a dit en riant, toi tu devrais te changer avant d’aller au dodo. Vu l’état de mon short, il avait raison. 

Je suis allée dans la chambre, presque comme si mes pieds ne touchaient plus le sol. 

Je me suis allongée, j’ai pris mon téléphone et j’ai envoyé un message sur la conversation secrète en le remerciant pour cette soirée. Pas de réponse. Une demi-heure plus tard, il m’envoie, un “ tu dors” ? je réponds non, il me dit “ viens” 

Je vais dans sa chambre, il m’ouvre son lit, je rentre dedans comme si c’était naturel. 

Je lui demande pourquoi il n’a pas eu envie de moi, un peu attristée d’être passée à côté de ma première fois, mais encore sous le choc de la découverte de l’orgasme. 

Il m’explique qu’il avait très envie de moi, mais qu’il n’était pas légitime (ou un terme qui y ressemblait mais c’était le sens) et que c’était avec le garçon dont je tomberais amoureuse que reviendrait la logique de cette première fois.

J’ai vite chassé l’image d’Arnaud qui s’est incrustée quelques secondes. On a discuté pendant au moins deux heures.

Je lui caressais le torse, j’ai senti qu’il dormait nu en mettant mes jambes contre lui. C’était tendre, il me caressait les cheveux. A un moment, je frôle son sexe, et je lui demande si je peux,  il me répond oui, il me demande si c’est le premier que je touche, mais il connaissait déjà la réponse.

Je commence à faire des va et viens, je lui demande comment il faut faire, il me dit de serrer un peu plus fort et me montre en me tenant le poignet. J’ai réussi à faire bander un homme ! Moi qui  me suis toujours trouvée banale et sans intérêt. j’ai enlevé la couette pour regarder. Autant un sexe mou c’est vraiment moche,  mais bien dur, ça a quelque chose de vraiment beau.

Je me suis souvenue de la technique de fellation sur une banane avec Charlotte pour me dire, allez je me lance. Mais j’attendais peut-être qu’il mette sa main sur la tête pour la prendre en bouche.

Me demandant à ce moment-là s’il allait éjaculer dans ma bouche et si j’allais devoir avaler ou retirer ma bouche.Finalement je ne me suis pas lancée dans l’aventure, trop compliqué !  

Une douche, pas comme les autres.  

A un moment donné, il me dit : ”arrête”. Je pensais avoir mal fait, je lui demande pourquoi. Il me dit qu’il est au bord.

Pour une fois je comprends tout de suite, mais j’ai envie de le faire jouir. Pour lui, pour moi. Je retire mon short et t-shirt, sans hésiter, et je lui dis que je veux qu’il le fasse sur moi.

Il me demande si sur le ventre ou les seins il peut, je réponds un oui à peine audible. (Merci les heures de visionnage de films pornos) Il m’allonge sur le dos, il se met à genoux sur le lit, me caresse le sexe, prend ma main et la met sur son engin toujours très dur. Vu de là il semblait encore plus grand. Son sexe est plus orienté sur mon visage que mon ventre… mais tant pis, j’y vais à fond. Je ressens encore presque la sensations des premiers jets sur mes seins, mon cou, mon épaule… et son souffle à lui, fort saccadé. Après de longues secondes et les derniers petits jets..Il a du me demander si j’avais aimé et l’une ou l’autre question, je me rappelle juste avoir secoué la tête alors que j’étais juste en train de prendre conscience de ce qui venait d’arriver.

Il me fait un bisou.

J’ai eu une étrange sensation en voulant quitter la chambre, pour aller prendre une douche. Quand il m’a dit non, prends la ici. Il ferme la porte de sa chambre à clé, m’emmène sous la douche et me savonne avec plein de douceur. C’est à peu près le dernier souvenir que j’ai de cette soirée où j’avais l’espoir de dormir avec lui, en comprenant que ce n’était pas une option, pour des raisons évidentes. 

10 heures du matin, je suis réveillée par Dany, un verre de jus d’orange pressé sur la table de nuit, petit bisou sur les lèvres. Mon coeur s’emballe. Elisabeth est réveillée. Je vais boire mon jus d’orange avec elle sans son lit, elle est claquée, mais elle n’a plus de fièvre.  

Elle me redit désolée, t’a du te faire chier de la mort avec mon père hier soir

Si elle savait… Le pire, c’est qu’à aucun moment, je n’ai eu de remords, et que c’est un des souvenirs les plus érotiques qui restera gravé dans ma mémoire. 

Les échanges ont cessé rapidement après… La nana de Dany a découvert un morceau de conversation secrète, qui a mis fin à tout ça… Heureusement, il n’y avait rien de compromettant, mais je ne voulais pas prendre le risque que mes parents le sachent. 

Il faudra attendre 2 ans et demi pour qu’un autre garçon me touche.

2 ans et demi, je ne vous dis pas à quel point c’est long. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *