Séance-photo-qui-dérape-bannière
Mes Expériences Sensuelles

Séance photo qui dérape

7 octobre 2021

J’ai profité de mes quelques jours de vacances sur les côtes espagnoles avec Maxime pour prendre un peu de lingerie sexy. Il a aussi insisté pour que je prenne quelques jouets. Surtout le plug. J’ai facilement compris qu’il allait s’intéresser à mes fesses pendant ces petites vacances. Je commence à avoir une petite collection de jouets sympas, mais je n’ai pas eu l’occasion de tous les exploiter, je me suis dit que c’était l’occasion d’en découvrir l’un ou l’autre. 

La mise en place des appareils, préparation de la séance photo

Maxime avait pris son appareil photo, car on avait prévu quelques excursions sympas. En vrai, je pense qu’il avait prévu le coup, et que les photos d’excursions étaient un beau prétexte. Pendant que je prends ma douche, me fais une petite séance de torture d’épilation à la cire, Maxime installe l’appareil, le pied et fait quelques tests. 

On était en pleine journée, le temps était un peu couvert, du coup l’idée de faire  une petite heure de photo était venue quasi naturellement. On avait décidé ensemble de ma tenue, string, soutif, portes-jarretelles et bas. J’en avais déjà fait avec Chacha dans le style, mais en réalité, à la base c’était plus pour lui faire plaisir. 

Une séance photo en mode morte de faim

Pendant la douche, j’ai un peu senti l’excitation monter, on n’avait plus rien fait depuis quelques jours, et j’avais plus envie de lui sauter dessus que de prendre la pause. 

Arrivée dans la chambre, “habillée” je vois sur le lit, les menotes, le chapelet anal que Maxime m’a acheté et le plug ( cadeau de Chacha) que je n’avais jamais osé mettre tellement il est épais. Je vois aussi le martinet, le lubrifiant. En quelques secondes, je sens une sensation dingue m’envahir. Comme si toutes les vannes de ma libido étaient ouvertes.

Maxime m’attache les poignets, par devant. Il me dit que c’est pour me familiariser un peu avec ces jouets et que quand je serai “grande”, ce sera un plus plus “contraignant”. 

Je lui dit “ grande, grande, c’est une partie de toi qui va être grande dans quelques instants” 

Mais bon, l’heure n’est pas à la plaisanterie, la lumière n’est pas top, il fait des essais avec son appareil photo, puis me demande où est l’Osmo. On se sert généralement de l’Osmo pour filmer avec le téléphone, je suis un peu surprise, je lui dis ou le trouver. 

Mais moi, je n’ai pas envie de faire des photos pendant une heure, j’ai envie de sexe !

Je joue le jeu et prend la pause

Je suis allongée sur le lit, je bouge un peu les mains, les jambes, lui demande comment me mettre.

J’avoue qu’avec Charlotte, c’est plus facile car elle me guide complètement, vient bouger la mèche de cheveux qui gène, déplacer une jambe ou un bras…

C’est la première de Maxime dans ce genre d’exercice, ce n’est pas super fluide. Enfin entre mes cuisses, je peux vous dire que c’était fluide.

Il fait quelques prises vidéo avec l’Osmo, ça rend plutôt pas mal.

Puis quelques pauses photos, il s’implique pas mal, mais il est trop concentré sur ses réglages, tout se fait dans le calme. Je prends quelques poses, il mitraille, mais je suis vraiment morte de faim, je prends des pauses suggestives, je lui dis des cochonneries.

Au début, il est agacé,puis il se décoince un peu. Il me demande si j’ai des idées de poses, je lui demande de mettre le téléphone sur l’Osmo, et de filmer. Moment de silence, je me mets sur le bord du lit, puis je lui dit “ alleeeez un petit porno là tout de suite”. Je pense la langue et fait des gestes suggestifs en regardant son pantalon. 

En réalité, à ce moment-là, je ne pensais vraiment pas à filmer ce qui allait suivre. 

Fin de la séance de photo sexy

Je pense qu’il s’est résigné parce qu’il avait compris qu’on ne ferait plus rien de sérieux. Il a posé son appareil, il est allé dans le placard chercher quelque chose. Les pinces à seins. 

Là je le provoque un peu plus, ce genre de choses, ce n’est pas trop son genre, il est assez classique on va dire. Il me détache une menotte, me fait passer les bras derrière le dos, me remet la menotte. Je le regarde avec un air provocateur, et je lui dis “ mais j’ai envie de te sucer moi” Il ne dit rien, me fait un petit bisou sur les lèvres, et me met les pinces à seins. 

Il défait son short, retire son caleçon, prend d’une main sa queue à demi dure et de l’autre ma tête. Il me rentre son sexe en bouche, juste avant de poser ses mains sur ma tête.

Une fois bien dur, il synchronise les mouvements de ma tête avec ses petits coups de bassin, je sens qu’il est vraiment chaud ! Je suis très excitée mais frustrée, car avec les mains derrière le dos je me sens vraiment limitée dans mes mouvements.

Début de la séance pornographique 

Il me demande de me mettre à 4 pattes, ce n’est pas facile avec mes mains dans le dos. visiblement je parle trop, il tire le met la chaîne qui relie mes deux pinces à tétons dans la bouche. Il vient derrière moi, écarte mon string, délicatement et colle sa langue directement sur mon anus. 

Je ne sais pas si c’est l’effet de surprise, la sensation inattendue ou la gêne, mais je sens un tas d’émotions m’envahir.

 C’est arrivé une fois ou deux qu’il tripote timidement la zone, mais jamais il n’a vraiment passé du temps sur mon anus.

Je suis autant excitée que gênée, ça me fait des sensations vraiment dingues, plus encore quand il me caresse le clitoris au-dessus de mon string.

Nouveaux jouets sexuels, nouvelles sensations

Après quelques minutes il enlève mon string, le laissant à mes chevilles. Il met la main sur l’étrange jouet qu’on appelle un chapelet anal. Je suis super excitée, je sais que mon cul va y passer, et bien que j’appréhende l’intrusion d’objets dans mon anus, je suis prête. le fait d’avoir desserré ma bouche et d’avoir lâché la chaîne de mes pinces à tétons m’a valu 10 coups de martinet. Finalement ça claque beaucoup plus fort que ça ne fait mal. Bien que quelques coups m’ont fait pousser un ouf de douleur. Mais pas la douleur classique qui fait mal, celle qui s’entremêle avec le plaisir. J’ai très chaud, la tête dans le coussin, j’ai du mal à tenir, mais je me sens liquéfiée de plaisir. Il ne faut que deux ou trois minutes pour que le chapelet anal soit entièrement entré dans mes fesses, chaque aller retour, les changements de pressions d’une boule à l’autre me donnent des frissons.

Premier plug dans les fesses et un double orgasme

Le plug a mis du temps à rentrer, il est vraiment large, mais je me suis laissée faire. Maxime m’a décroché une menotte et m’a donné la permission de me caresser. Chose que je fais quand il me prend en levrette. Je lui demande si je peux avoir le Magic Wand. 

Il se lève, va le chercher, le dépose près de ma tête. Le temps de trouver le bouton et de me le caler sur le clitoris, il était déjà entré en moi, une minute plus tard il bandait très fort. Il m’a vite baisée très fort, une main entourée autour de mes cheveux qu’il tenait fermement.

Au moment où il s’est mis à jouer avec le plug, les vibrations du Magic Wand m’ont enflammée et j’ai crié de plaisir. Un nouvel orgasme qui venait de l’intérieur, assez brutal, un second beaucoup plus long et diffus. Maxime e retiré le plug, et c’est là que je me suis dit que j’allais avoir ma première sodomie avec lui. Mais non. il m’a mise sur le côté, est venu à la hauteur de ma tête, sur les genoux. Il a pris la chaine de mes pinces à sein dans une main, en tirant un peu dessus. Et avec l’autre main,il a mis sa queue dans la bouche. La seconde d’après je sentais le premier jet puissant de sperme. Le reste a fini sur mon visage, l’oreiller et le mur. 

Il faut se méfier de l’eau qui dort

Ce qui s’est passé, n’est pas du tout le genre de Maxime. Il est toujours doux, attentionné, et lors de nos ébats, il y a un équilibre. Là il m’a vraiment baisée, sans que je puisse être active. La frustration, la nouveauté, la surprise, tout un cocktail qui m’a fait exploser. Pendant que je retirais la semence abondante de mes joues, tentant de reprendre un peu mon souffle, j’avais les yeux sur le chapelet anal… 18 cm, et tout ça dans mes fesses ! J’avais un peu de mal à y croire. Et le plug, lui aussi il est passé ! 

Je suppose que c’est une première approche au BDSM ? Ça a été le moment le plus fort de nos vacances. On a assez peu fait l’amour, mais j’ai testé d’autres petites choses que je raconterai dans un prochain article. Ha oui, une chose importante… L’anulingus… Je valide !!! 

Only registered users can comment.

  1. Très bon récit qui montre à quel point tu prend du plaisir à découvrir tout de ton corps. Et oui l’anulingus c’est assez de fou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *